3
minutes de lecture

Les chevaux sont des animaux qui requièrent des conditions de vie spécifiques à leur bien-être. Le logement des chevaux doit être soigneusement conçu pour garantir leur confort et leur sécurité. Plusieurs aspects sont à prendre en compte pour la conception du logement équin, en mettant l’accent sur les relations sociales, l’ergonomie, l’ambiance, la salubrité et l’impact sur l’environnement.

Les conditions favorables au bien-être équin

Pour évoluer dans un espace remplissant les conditions fondamentales de bien-être, les chevaux ont besoin d’un abri contre les intempéries, de suffisamment d’espace pour se déplacer librement, d’une alimentation adéquate et d’un accès à l’eau potable. L’absence de ces éléments peut entraîner des problèmes de santé ou des troubles du comportement.

Dans la nature, le cheval vit en troupeau, se déplace continuellement et mange tout au long de la journée. Certaines installations sont contradictoires avec les besoins naturels des chevaux. Par exemple, la vie en stalle, à l’attache toute la journée est à proscrire, car la position statique engendre un manque de circulation sanguine, un risque plus élevé d’engorgement et une augmentation des cas de stéréotypie, liée au mal-être des animaux. De la même façon, un cheval qui n’aura que deux rations alimentaires par jour sera plus sujet aux troubles digestifs, puisque son organisme est fait pour digérer en continu et en petites quantités. Enfin, un cheval seul ou isolé de ses congénères développera plus de problèmes de comportement.

Les logements individuels

Les écuries sont aujourd’hui conçues pour offrir un espace suffisant aux chevaux. Les boxes individuels permettent de les protéger des conditions météorologiques extrêmes, tout en leur donnant la possibilité de se socialiser avec leurs voisins.

Plusieurs possibilités sont envisageables pour l’installation des écuries. Les boxes individuels, de taille favorisant la liberté de mouvement des chevaux, sont souvent proposés en complément de soties au paddock ou en pâture. La luminosité, la ventilation et la régulation de la température intérieure sont à prendre en compte pour offrir de bonnes conditions de vie aux chevaux. De plus, il est important que les chevaux puissent voir vers l’extérieur et communiquer avec leurs voisins. Une atmosphère clame, avec des bruits inférieurs à 65 dB, est également à prendre en compte. Les écuries doivent être équipées de systèmes de surveillance et de détection d’incendie pour assurer la sécurité des chevaux et du personnel. Le logement individuel présente l’avantage de pouvoir distribuer une ration personnalisée à chaque cheval et facilite la manipulation des équidés.

La construction durable et respectueuse de l’environnement gagne en popularité dans le domaine équin. L’écoconstruction présente également des avantages économiques, car elle peut réduire les coûts énergétiques à long terme. L’installation de systèmes de récupération de l’eau de pluie, de panneaux solaires et de chauffage géothermique peut rendre l’écurie plus durable et rentable.

Les logements collectifs

Principalement utilisé dans l’élevage, le logement collectif gagne de plus en plus de terrain dans les autres activités, notamment avec les écuries dites actives ou dynamiques. Il est le plus souvent présent sous forme de stabulation pour des groupes de poulains ou chevaux d’une même catégorie d’âge pour les élevages, complété par des pâtures auxquelles les troupeaux ont accès, qui peuvent fournir une quantité de nourriture suffisante une partie de l’année.

Que l’hébergement soit totalement en plein air avec des abris naturels ou un mix abri/paddock, on retrouve cette offre d’extérieur et d’abri collectif chez de plus en plus poney ou chevaux utilisés en sport et loisir.

Le modèle d’écurie dynamique, propose une vie en groupe à des chevaux sur un espace restreint. Plusieurs zones sont établies, afin de pouvoir couvrir leurs besoins : un abri suffisamment grand pour que tous puissent s’y abriter en sécurité, des zones stabilisées pour éviter la boue liée au piétinement, des zones de sable pour que les chevaux se roulent, etc. Des distributeurs automatiques de nourriture permettent de distribuer plusieurs rations dans la journée, l’herbe ou le foin sont disponibles en quantité suffisante pour tous. Le groupe constitué doit être stable, c’est-à-dire équilibré, sans querelles ni débordements, et d’une vingtaine d’équidés maximum, afin d’assurer la sécurité de tous.

Si cette méthode d’hébergement est plus proche des besoins naturels des chevaux, il faut avoir en tête qu’elle demande un entretien régulier, notamment avec le ramassage des crottins, que la manipulation des équidés sera plus difficile et qu’une grande surveillance des troupeaux est à prévoir.

Dans la même optique, le « paddock paradise » consiste à relier par des corridors les différents points d’intérêt du cheval : zone de repos, zone de repas, zone de paddock, etc., afin de favoriser les déplacements naturels.

La sécurité globale est à prendre en compte, notamment en déferrant les chevaux aux postérieurs, au moins dans un premier temps et en isolant les chevaux pour les soins.

Le logement du cheval est un élément essentiel à son bien-être, à sa sécurité. Il est de notre responsabilité en tant que propriétaires et gestionnaires d’écuries de créer un environnement qui mêle le confort, la sécurité et le respect de l’environnement. Une fois ces prises de conscience liées au bien-être équin définies, il convient également de réfléchir et d’adapter aux moyens humains disponibles les aménagements, par exemple en utilisant des distributeurs alimentaires et abreuvoirs automatiques, en facilitant l’accès des zones à curer, en limitant la manutention… afin de faciliter la prise en charge des chevaux au quotidien.