3
minutes de lecture

Vous venez d’acquérir un chien ou un chat et vous vous demandez si vous devez le faire stériliser ? Cette pratique courante, dont certains vantent les avantages, interroge d’autres sur les éventuels inconvénients. En fonction du sexe de votre animal, son âge, votre objectif et les conditions de vie de votre compagnon, voici un petit tour des points positifs et négatifs de la stérilisation afin de vous aider à prendre une décision éclairée.

Les avantages de la stérilisation

Chez la femelle, la stérilisation est une ovariectomie, une ablation des ovaires. Chez le mâle, il s’agit d’une castration, soit un retrait des deux testicules ou plus rarement une vasectomie. La stérilisation peut se faire à partir de l’âge de 5 mois pour le chiot comme pour le chaton.

Un des avantages mis en avant par la stérilisation des animaux est sans conteste le contrôle de la population. Si votre animal n’a pas une carrière de reproducteur de prévue, s’il n’a pas de papiers ou encore s’il présente une exclusion au standard de sa race, la stérilisation est un bon moyen d’éviter toute descendance non souhaitée et non maîtrisée. De même, lorsque plusieurs espèces cohabitent, il est préférable de stériliser une partie des animaux pour éviter les croisements non désirés. Ce geste permettra dans une certaine mesure à contribuer à limiter l’abandon d’animaux, limiter la pression sur les refuges, voire limiter l’euthanasie liée au surplus de certaines populations.

Mais à l’échelle individuelle, la stérilisation comporte également des avantages et apporte une amélioration de la santé des animaux. En effet, certaines maladies graves se développent moins fréquemment chez les sujets stérilisés, notamment les cancers des appareils reproducteurs. Les femelles non stérilisées ont par exemple plus de risque de développer un cancer mammaire, une infection utérine ou encore un pyomètre et les mâles présentent un risque accru de cancer de la prostate ou de tumeur des testicules.

Avec la stérilisation, les femelles n’auront plus de chaleurs, donc plus de pertes de sang. Cela permet d’écarter le risque de grossesse nerveuse, qui se manifeste dans les deux mois suivants les chaleurs chez la femelle, avec de nombreux désagréments : gonflement des mamelles, changement de comportement, prise de poids, douleurs, etc.

La stérilisation joue généralement un rôle d’atténuation des comportements indésirables, liés aux hormones sexuelles. Les instincts de reproduction des animaux non stérilisés les poussent à marquer leur territoire, présenter des comportements agressifs, fuguer ou encore se battre avec d’autres animaux de même sexe. Lorsqu’elle est pratiquée suffisamment tôt, la stérilisation tend à diminuer ces comportements et à harmoniser la cohabitation avec les autres animaux.

On notera de plus que les animaux stérilisés sont en général moins bruyants et moins agités que leurs homologues non stérilisés, qui ont tendance à être plus vifs.

Les inconvénients de la stérilisation

Il est important de rappeler que la stérilisation d’un animal est irréversible. Une fois l’animal opéré, il n’y a plus de possibilité de descendance future.

La stérilisation, comme toute intervention chirurgicale, présente un certain nombre de risques médicaux. Bien que les complications soient rares, l’anesthésie représente toujours un risque allergique, respiratoire ou cardiaque. Des infections postopératoires ou des difficultés de cicatrisation sont également possibles, votre vétérinaire pourra vous expliquer ces risques et les mesures prises pour les minimiser.

Une autre préoccupation souvent évoquée par les propriétaires souhaitant faire stériliser leur animal est la prise de poids qui en découle. En effet, le métabolisme de certains animaux va évoluer et ralentir, ce qui peut les rendre plus enclins à prendre du poids. Une gestion alimentaire attentive, un exercice régulier et une surveillance plus fréquente du poids sont alors à mettre en place pour éviter toute surcharge pondérale excessive, qui pourrait nuire à la santé de l’animal. La prise de poids n’est pas systématique et peut être évitée avec une bonne hygiène de vie.

Le dérèglement hormonal léger qui survient après l’opération peut avoir certaines conséquences, notamment sur la beauté du pelage et le contrôle de la vessie. L’incontinence urinaire chez la chienne, rarissime chez la chatte, peut apparaitre dans les semaines qui suivent l’opération jusqu’à quelques années après. La prise d’un traitement hormonal prescrit par le vétérinaire peut arrêter ou diminuer cette incontinence. Le pelage peut aussi subir des conséquences dans certains cas : perte de poils, changement de texture, poils qui courbent, etc. L’entretien devra parfois être plus régulier après la stérilisation.

Si la stérilisation peut impacter le comportement de certains animaux en les rendant plus calmes ou moins agressifs envers leurs congénères, elle ne présente pas une solution en soi aux problèmes comportementaux. Afin de modifier les comportements indésirables de son compagnon, il est conseillé de se tourner vers un professionnel qui saura vous renseigner.

Le plus souvent, les vétérinaires prônent la stérilisation pour une question de santé et éviter certaines maladies ; les comportementalistes trouvent les animaux plus apaisés après opération ; les associations souhaitent le contrôle de populations. Mais chaque animal est unique et la décision de la stérilisation doit être prise par le propriétaire en tenant compte des avantages et inconvénients potentiels.